LE COUP DE COEUR DE MAITRESSE EVA.

Parlons de chose qui ne fâche pas,  parlons de télé. Vous aimez les séries? américaines ou brésiliennes, elles sont comme des drogues à petite dose que l’on administre  régulièrement pour vous faire oublier la réalité et le quotidien. A l’opposé de la série-cultissime que j’adoooooore, Sex and the City, basé sur le roman de Candace Bushnell, il y a une autre série que je viens découvrir tardivement, mais qui m’a littéralement scotchée, je parle de la série Rome. Tout simplement époustouflant!

On est bien loin de New York, des questions existentielles et des Manolo Blahnik de Carrie Bradshaw, le personnage central de Sex and the City,et effectivement comme le titre l’indique, on est à Rome au premier siècle avant l’ère chrétien, qui fut en ces temps glorieux, l’épicentre du pouvoir absolu que patriciens et plébéiens se disputaient férocement à coup de vote ou de glaive, selon les circonstances.

Les héros de cette série étonnante de précision aussi historique que cinématographique, sont deux légionnaires romains, Lucius Vorenus et Titus Pullo, contemporains et ayant servi sous l’ordre de Jules César, alors qu’il n’était alors que simple général, car, suivez-bien, par la suite après moult rebondissement il deviendra dictateur, consul, empereur de Rome, croulant sous les lauriers et les pièces d’or à sa propre effigie. A la mort de César, Octave son fils adoptif et non moins futur Auguste d’un côté et de l’autre, Marc Antoine son fidèle bras droit, s’entredéchirent pour la succession à travers des guerres fratricides et des alliances improbables. Que du grandiose.

Cette série, qui ne comporte que deux saisons hélas est une pure merveille, mêlant habilement fiction et histoire. Le décor, les costumes, les ambiances sont soignés et fidèlement reproduits jusque dans les moindres détails, les acteurs principaux sont convaincants dans leurs rôles. J’ai une préférence particulière pour le rôle de Titus Pullo, joué par Stevenson, une bonne bête de guerre et de sexe, avec de beaux yeux bleus limpides qui se démarquent ostensiblement de son personnage brut et mal dégrossi.

Et du sexe, il y en a dans Rome. Big l’expérimenté ou même Ray, le soi-disant sex toy performant de Carrie peut aller se rhabiller. Là c’est du sérieux, avec un rien de réalisme et de bestialité qui font mouche, et qui fait dire, ah, c’était comme ça alors au temps des romains. Et un autre détail qui m’a bien plu dans la série: la place importante que joue la femme dans toutes les intrigues, fatale et vénéneuse, ça j’adooooooore.

Dommage qu’il n’y a que deux saisons. Le tournage a coûté tellement cher, on parle d’un budget dépassant les cent millions de dollars pour une saison, que HBO, qui a également produit  Sex and the City a réduit le nombre d’épisode pour limiter les dépenses. Les résultats sont là, c’est une série extraordinaire.

L’avez-vous vu?

A bientôt.

Maîtresse Eva.

Publicités

EVADOMINA

Maîtresse Eva recherche un étalon bien pourvu par la nature et endurant pour du long terme, sur une base régulière.

Pour postuler, tu dois correspondre au profil suivant:

– Condition première: peau sombre, type africain.

– 30 à 45ans.

– Grand ( 1m80 minimum), athlétique et bien proportionné.

– Pas ou très peu de pilosité.

– En bonne santé et condition physique.

– Un minimum de savoir-vivre et d’éducation.

Tu dois déposer ta candidature ici, avec ton nom, description et une lettre de soumission. Je te demanderai par la suite une photo en pied récente ainsi que la photo de ce qui m’intéresse chez toi.

A bientôt.

Maîtresse Eva.

Mistress Eva is looking for an energetic well-hung  stud for the long term, on a regular basis.

My requirements:

– Only apply if you’re dark skinned, African type.

– 30 to 45 years old.

– Minimun 1.80m tall, athletic and good looking.

– Little or no hair at all.

– Healthy and fit.

– Some education and manners.

You must apply here,  giving your name, description and a submission letter. I will therefore ask  a recent picture  as well as that part of yourself  that interests me.

See you.

Mistress Eva.

La lettre V

Aujourd’hui, je parlerai d’une personne pleine d’humour, doté d’esprit brillant, et malgré son jeune âge, a sûrement connu les joies du plaisir solitaire de la dilatation anale extrême.

Il se présente à moi, comme toutes les cloportes  des sous-espèces auxquelles il appartient, et me supplie de l’accepter dans mon enclos, afin d’être un esclave à distance. J’ai accepté, certes, l’avorton est d’abord convaincant. Mais voilà, peu de temps après, il s’avère que la murène, car tel était son nom de servitude, était un petit farceur, qui pensait que la soumission est une rigolade, histoire de se branler énergiquement devant son écran d’ordinateur, les jours où il n’a pas cours à sa fac. D’autant plus, que la Maîtresse est une black bien bandante et qui aime le sexe, alors allons-y, car la distance aidante,  aucun risque en vue.

OK, voilà le cadre de l’histoire. Maintenant, la suite: puisque la murène aime jouer, jouons. Si un parmi vous aime les opérations secrètes et les vendettas finement montés, c’est le moment de mettre vos talents en pratique, manifestez-vous. Les commentaires sont également les bienvenus. Et une fois n’est pas coutume, de belles récompenses sont à la clé,  alors les jeux sont ouverts: HARO A LA MURENE!!! TOUS A VOS HARPONS!!!

La murène, sûrement que tu vas lire ceci. Avant que je ne déchaîne les enfers sur ta pauvre pomme, ventre à terre, tu me supplieras.

 

Maîtresse Eva.

 

Les fantaisies de Maitresse Eva

Maîtresse Eva à ses heures perdues, aime jouer avec ses petits jouets mâles, quand son humeur et sa libido sont au beau fixe. Il y a des jours où elle joue malicieusement pour le plaisir, et d’autres où il n’est pas question d’amusement, mais plutôt d’éducation et de dressage, mais toujours dans la bonne humeur.

Pour le plaisir, Maîtresse Eva martyrise les petits hommes et leurs fessiers à titre égal aussi ridicules que leurs visages tordus par la douleur. Pour le même plaisir, elle malmène leur égo démesuré lequel est centré essentiellement sur un minuscule phallus de 10 centimètres en érection, et encore avec beaucoup de peine.  Que d’histoire sur ce petit  bout de viande avariée qui pendouille entre leurs jambes branlantes, combien de guerres et de révolutions pour savoir qui en a les plus grosses pour à la fin conclure qu’elles n’étaient pas si grosses que ça.

Un des plaisirs avooués de Maîtresse Eva est de jouer avec la trique, petit homme blanc doté de talents particuliers lorsqu’il s’agit des choses du sexe. Pas vraiment beau, pas vraiment moche, l’âge de raison et une situation confortable, la trique est un des sujets les plus dociles et obéissants de sa Majesté. Il a maintes et maintes fois prouvé ses aptitudes à tenir le cap, quoiqu’il advienne, allant jusqu’à l’épuisement total. Il est tenu, pour les fantaisies de la Maîtresse, de porter des poids et des cockrings, pour étirer ses vilaines parties. Et chose étonnante pour elle, les bijoux de famille ne sont pas aussi fragiles qu’ils en ont l’air. D’ailleurs, la Maîtresse pense sérieusement à tester le ballbusting et le cockcrushing sur l’ineffable piglet dans un futur proche.

Mais par-dessus tout, Maîtresse Eva aime les nubiens à la peau sombre et aux muscles d’acier. Elle les aime grands, imberbes, puissants et racés. Elle en a croisé de temps à autre dans une vie antérieure, des spécimens taillés pour la performance physique mais pour cette fois-ci, elle veut tester le blanc et le noir en même temps la trique et le mandrin lol. Fortes émotions en perspectives. N’est-ce pas la trique?

Maîtresse Eva.

LE SEXE ET LA DOMINATION

Le temps s’envole, le temps s’enfuit. Me revoilà pour parler de choses et d’autres sur ce blog. Le sexe, tiens, tu aime le sexe? Je suppose que oui, car tout le monde aime ça et que le sexe est inscrit dans nos gènes comme étant un moyen de survie et de perpétuer la race. Et pourquoi ne pas y mettre un peu de fantaisie après tout, puisque la race humaine, dotée de cerveau surdimensionné est une espèce à l’apogée de son évolution.

En ce qui me concerne, le sexe est pour moi un jeu qui associe à la fois le corps, l’esprit et les objets dans un enchaînement d’actions et de réactions dont j’ai le contrôle. Explorer en profondeur les recoins sombres de l’esprit a pour effet l’hypersensibilisation de toutes les parties du corps, même celles qui ne sont pas forcément érogènes. Quelle sensation délicieuse que de sentir son partenaire vibrer sous ses doigts, et d’effleurer les courbes de son plaisir jusqu’à l’explosion finale. Comme dans tout, ce n’est pas la finalité qui est le plus important, c’est le chemin.

Il y a des moments ou j’aime être lové dans les bras de celui qui est ma moitié, celui qui me connaît et qui ne me comprends pas toujours (oui,  je suis une personne très compliquée) et le sexe devient quelque chose de très intime et très personnel, que je ne compte pas partager. Parce que un, je ne suis pas du genre à partager quoi que ce soit, et deux, je partage encore moins ce qui m’est précieux.

Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour le sexe, haha. Lorsqu’on est faible, et bien la loi de la nature veut qu’on ait plus de mal à s’offrir un peu d’attention aux yeux du sexe opposé. Ceux qui viennent ramper à mes pieds sont là pour tout un tas de raison, et le sexe n’y est pas étranger. Et là, je m’amuse comme une Reine dominatrice et sadique avec ses fous.

Maîtresse Eva.