The bitch is back (again and for good)

Bonjour,

Oui, je suis de retour sur le blog. Après presque deux années d’absence, j’ai décidé de revenir par ici pour raviver la flamme quasi éteinte, d’autant plus que des projets plus fous plus excitants encore sont en train de prendre forme! Le chemin se poursuit.

A bientôt!

EvaDomina Madagascar BDSM

Maîtresse Eva.

Publicités

Ce weekend en compagnie de la trique…

Vous vous demandez si la Maîtresse a passé un bon weekend, bande de voyeurs? Et bien oui, et pour le mieux. La trique a une fois de plus satisfait sa Reine, pendant deux longues nuits, sensuelles et parfumées. A la lueur des bougies, dans la chaleur douce d’une chambre feutrée, cette fois, la douceur a fait place à la rigueur et la trique en a bien profité. Tu as la reconnaissance de ta Reine, la trique pour ce weekend sympathique, il y en aura d’autres.

Maîtresse Eva.

La Trique et la conjugaison.

Aujourd’hui et parce que je suis de bonne humeur, j’annonce officiellement que la Trique va devoir répondre de sa pitoyable grammaire devant la Maîtresse. Non mais dès fois, a-t-on jamais vu ça? Maintenant on se permet de s’adresser à moi avec des fautes aussi grosses que ses propres balloches étirées? Ou alors on me cherche, et qui me cherche, ne me trouve pas forcément, mais dans ce cas précis, je crois que toi la Trique, tu as besoin d’une bonne leçon, de grammaire lol. Rendez-vous dans la semaine, prépare -toi.

 

Maîtresse Eva.

 

 

 

Le temps des cadeaux.

Qu’il est doux, si doux  le temps des cadeaux lors des fêtes de fin d’année. Je suis toute émoustillée de voir tomber, tels des flocons scintillants à l’heure des premières neiges, toutes ces petites choses exquises et inutiles, délicieusement empaquetées et offertes à mes pieds divins. On dit souvent à ces moments là que c’est le geste qui compte, ceci dit, mes bons et loyaux sujets savent que les offrandes faites à la Maîtresse ne sont autres que le témoignage de l’amour et l’attachement qu’ils portent à une Déesse personifiée, de surcroît, une femme qui a du goût.

L’offrande la plus inspirée, est sûrement le voyage à Paris, Ville de Lumière, mais également de Plaisir, avec un grand P. En épicurienne que je suis, mon fidèle et estimé soumis m’a préparé un séjour aux petits oignons: bonne table et vin excellent, sorties, shopping…le tout méticuleusement organisé, pour ma plus grande satisfaction. Encore mes félicitations, valet frott-man, tu es un serviteur habile et accompli. Reçois la reconnaissance de ta Reine et Majesté.

Sinon autrement, friandises, produits de beauté, parfums, livres… ont été humblement présentés par les autres soumis: tout ce que j’aime mais qui ne me fait pas forcément du bien. Le foie en a pâti, entre le trop de sucre, de graisse, d’alcool et que sais-je encore…

Ah, j’ai failli oublié. Il a également neigé de joujous pas comme les autres au temps des cadeaux. J’ai entre autre reçu un accessoire, disons, rigolo et curieux que je m’impatiente de tester dans les meilleures conditions. Il est rose pailleté, translucide, sent bon le bubble gum tutti fruti, et mesure un peu plus de 26cm pour 4cm de diamètre. Ce sera un grand moment de la science!

Maîtresse Eva.

Les vilains petits secrets.

Qu’y-a-t’il derrière le miroir, que peut-on voir sous  l’apparence et la façade? Beaucoup de choses, n’est ce pas petit animal curieux? Toi qui aime mettre ton museau dans les affaires des autres, toi quel est ton vilain petit secret?

Car oui, tout le monde a un vilain petit secret que l’on tait au monde, par honte ou par vice, peu importe, c’est le jardin secret planté d’épine et de piquant, entretenu avec ferveur et secret au plus profond de soi.

J’ai un vilain petit secret, approche: j’aime par-dessus tout et dans le secret humilier un petit homme de rien du tout, lorsqu’il se croit maître du monde et de lui-même. Il faut le voir bomber le torse et arquer les jambes, lorsque son petit ego et sa minuscule virilité sont mis à leur juste place: au degré zéro de mon échelle d’estime. Et quand l’animal perd pied et le contrôle, il devient violent et agressif, mais il sait qu’il a déjà perdu, et que de mes pieds bottés, d’un instant à l’autre, je l’écraserai comme un insecte nuisible et puant. Beurk!

Côté lumière, je suis une femme quoique ordinaire, peut-être avec un petit plus du côté QI comparée à  la moyenne des femmes de mon âge. Lisse, polie et éduquée, je suis conformiste dans l’apparence, l’habillement et le discours en société généralement. Qui de mon entourage se douterait, que mon côté sombre rime avec cuir et fouet, fessées à la volée? Personne. Et puis de toutes façons, je crois qu’ils ne comprendront pas. Il faut dire que même pour bon nombre d’occidentaux, le BDSM rime avec esprit dérangé et corps mutilé, alors que dire des malgaches. Ils ne savent même pas que cela existe. Et puis il faut dire qu’ils ont d’autres chats à fouetter, et c’est alimentaire. CQFD.

Et les autres? prends un jeune cadre dynamique bourré d’ambition et d’estime de soi à s’ étouffer les narines, du côté sombre, le même homme aime les fessées déculottées d’une Maîtresse outrageusement méprisante. Le quinquagénaire respectable derrière son ventre bedonnant aime les jeunes éphèbes TTBM, et que dire de ce petit monsieur sans histoire qui a vecu avec la même femme depuis ses vingts ans, et qui se tape une brochette de jeunes femmes quand l’occasion se présente. A Tana, où règne une ambiance moite et poisseuse dans la promiscuité la plus totale, les sombres histoires de moeurs et d’inceste sont confinées derrière les murs épais des maisons bourgeoises, perchées en haut des fameuses collines. Si ce n’est pas l’oncle qui exerce le droit de cuissage sur ses nièces, c’est le fils unique et chéri qui engrosse la boniche, mieux encore, l’homme de dieu s’abat sur ses brebis, tel un oiseau de proie. Que de vilains petits secrets! Mais bien entendu, on montrera des doigts accusateurs et haineux les moins “nobles” et moins ” peau clair”, qui vivent dans la fange de l’ignorance et du dénuement, dont l’instinct animal est le seul repère.

Il y a de ces lieux où les ténèbres règnent, et que les petites créatures des abysses pullulent et croissent à l’infini, parce que les conditions leur sont favorables. Je crois que Tana est un de ces endroits. Le moral, la loi, l’ordre, la justice sont ici inconnus, et nous croissons tels des vers dans le ventre pourri de cette ville sale et nauséabonde.

Mais alors, que dire. Je dirais que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre. Et que celui qui n’ a pas de vilains petits secrets vienne se confesser à Maîtresse Eva. Viens donc, petit animal curieux, viens me voir.

Maîtresse Eva.