MEILLEURS VOEUX SM 2011!

J’adresse mes meilleurs voeux à tous mes sujets fidèles et loyaux, que nous soyons tous comblés selon nos désirs tout au long de cette année nouvelle.

Passons. Pour cette nouvelle année, il y a une petit plaisir que j’aimerais bien savourer: une soumise délicate et sensuelle à croquer avec gourmandise et délectation. Mais oui, une belle femme bien comme il faut, qui a tout ce qu’il faut là où il faut pour être d’agréable compagnie.

Je suis donc à la recherche d’une (ou plusieurs, haha, cela ne me gêne pas) femme entre la trentaine et la cinquantaine, bien dans sa peau, et surtout avec de belles courbes voluptueuses, et qui a l’ouverture d’esprit d’une femme intelligente et naturellement curieuse. Je la rassure, aucun mal ne lui sera fait, que du bien, beaucoup de bien. La discrétion et l’hygiène sont évidemment de rigueur.

Mesdemoiselles, Mesdames novices ou non, j’attends de vos nouvelles.

Maitresse Eva.

 

 

Maîtresse Eva s’ennuie…

Cloportes et vers de terre répugnants, saluez comme il se doit le retour de la Reine Eva, face contre terre, à plat ventre. Je me fais rare, c’est vrai, mais je suis toujours là. Et je m’ennuie, qui se porte volontaire pour amuser la Reine?

Mais sinon quoi de neuf chez les ploucs? La situation politique à Madagascar stagne, et j’ai eu tort de parler d’un dénouement proche. Comme si je ne connaissais pas l’abîme qui résonne dans ces hommes politiques petits et médiocres, manipulés par les quelques grands manitous connus qui tiennent réellement les rênes de ce pays…La solution? Que la tête et le sang de tous les malfaisants de ce pays, soient offerts à Zanahary et aux Razambe (Créateur et les Ancêtres)  afin de laver toutes les offenses faites à eux, en violant la terre et les traditions, en martyrisant le peuple. Et que leur descendance soit annihilée pour qu’aucune mauvaise graine ne puisse un jour germer et voir le Masoandro (l’oeil du jour). Je me sens d’humeur poétique aujourd’hui.

Toujours est-il, je suis disposée à punir les vilains petits scélérats aux fesses blanches ramollies. C’est vrai, jusqu’ici, je n’ai eu affaire qu’avec des « colons » blancs au libido bien fleuri. Sauf un, Andry R, un cafard immonde qui m’a bien déçu mais il ne perd rien pour attendre. Et ici, la question se pose: les mâles gasy n’aiment-ils pas les fessées déculottées? Personnellement, je pense qu’ils en prennent déjà assez avec leurs femmes et épouses, qu’ils savent déjà où sont leur juste place, ça me fait poiler! Mais il est plus possible que ces  idiots sont tellement frustes à tel point qu’ils sont persuadés que la femme est le « fanaka malemy », littéralement meuble fragile, où ils peuvent se vautrer sans ménagement. La plupart des petits hommes malgaches pensent que tout ceci est un jeu, quelques fessées contre mon entre-jambe, et peut-être ma bouche et pourquoi pas mon chien, tant qu’on y est?

En ce moment, je pense à des scenarii précis, une reine de Madagascar, belle et cruelle, vêtue de soie sauvage couleur ocre et sang, portant comme bijoux les talismans sacrés de la Royauté, tenant de ses doigts fins le sceptre de bois sacré, symbole du pouvoir phallique, pendant que résonnent les tambours royaux, les hazolahy. Oubliez les apparats et le décorum occidentaux, ce serait plus intéressant de creuser par là, n’est ce pas les cafards puants?

Et en passant, la trique au pied. Je pourrais avoir besoin de toi ce weekend, si je ne change pas d’avis ou d’humeur. Donne moi de tes nouvelles quand tu auras lu ceci, sur ce blog. Et toi piglet, tes côtelettes se sont-elles remises de tes mésaventures? Valet, frott-man, séance en vue, donc préparations.

Ciao les cafards.

Maîtresse Eva.

DONNER ET RECEVOIR

Bonjour les vers de terre,

Il commençe à faire meilleur à Tana, la température baisse et le temps est à la douceur. Les mimosas ne tarderont pas à fleurir, et peut-être, si il fait vraiment froid, j’aurais le plaisir de faire démarrer la cheminée. Imaginez, un bon fauteuil bien confortable, une tasse de vin chaud à la canelle, et un esclave habile pour me masser les pieds! Qu’il est bon d’être vivant et d’être une Reine!

Aujourd’hui, je parlerai d’une chose importante et essentielle à toute relation, quoi qu’elle soit, et qui instaure la confiance et le respect mutuel, il s’agit de la volonté de donner lorsque l’on a reçu. Il ne s’agit pas tout juste de politesse ou de convention sociale, il faut le concevoir comme la clé d’une relation fructueuse et durable, et qui nous motive de faire plus et d’aller plus loin avec cette personne.

Dans une transaction commerciale, le juste prix est un gage de fidélisation. Si on commence à rouler les gens dans la farine, on faisant des marges énormes sur des camelotes de mauvaise qualité, l’affaire ne durera pas longtemps. Dans un partenariat financier ou autre, le but du jeu est de s’associer avec d’autres personnes pour amener un projet à terme et même au-delà. Chaque associé apporte ses parts, mais également son temps, ses efforts, ses expériences pour espérer un jour récolter les bénéfices. Si les associés ne font rien et comptent sur les autres, cette société là ne durera pas. Dans une relation sentimentale, où  l’engagement n’est pas mutuel, si il n’y en a qu’u qui se donne, alors que l’autre ne le fait pas, celle relation la ne durera pas non plus.

Maintenant, je transpose ce principe dans une relation Dominatrice/ soumis. Qu’est ce que je peux donner à un soumis en échange de tout ce qu’il peut m’apporter: sa sexualité, l’abandon de son corps et de son esprit, les offrandes…ça fait beaucoup. Le soumis en venant à moi, sait qu’il n’est pas en position d’attendre quelque chose. Toutefois, la Maîtresse est assez généreuse de lui consacrer de son temps et de sa personne, pour faire d’une grosse larve un sujet ou un objet utile à son service à chaque instant de sa petite vie insignifiante. C’est une émulation qui motive le petit homme à se surpasser et à s’améliorer, au long de son éducation.

Je débute dans la domination, mais les expériences que j’ai vécues jusqu’ici m’ont clairement démontré que ce sont les émotions, l’intelligence et la réactivité de mes soumis qui me servent de balises dans cette vaste expédition

Maîtresse Eva.

La féminisation, humiliation pour qui?

Moi qui suis une femme jusqu’au bout des ongles, et fière de l’être, j’ai une réaction quasi épidermique aux affronts et insultes misogynes et sexistes à l’endroit de la femme. On entendrait presque les imbéciles penser tout haut que la femme est faible, que la femme est vénale, que la femme est une salope, et j’en passe…et nos éducations et valeurs n’ont pas arrangé les choses. 

Il y a une pratique bdsm, laquelle n’est ni extrême ni tabou, mais qui est tout simplement exclue dans mes offices, c’est la “féminisation”. Pourquoi? parce que déguiser un cloporte en une pathétique poupée glauque et effrayante n’est en rien le féminiser. Pire, c’est pure insulte que de donner un semblant de féminité corrompue, à une espèce de truc innommable qui est prêt à tout pour assouvir ses propres fantasmes déviants, sous couvert de l’approbation de la maîtresse. Perruque blonde et froufrous de mauvais goûts, et ça y est l’infâme monstre est une femme? Dans l’absolu, je serai prête à croire qu’il est peut-être possible de féminiser une larve, dans le cas où le processus  commencerait  par émasculation physique, coupe-coupe ou lame de rasoir au choix! un volontaire dans les rangs? Pas d’inquiétude, je te donnerai le droit de conserver ton bout de virilité dans un minuscule flacon de formol, que tu garderas en souvenir de ta “féminisation”.

Nombreux sont ceux qui prennent le devant, et souhaitent de but en blanc, devenir une pute ou une salope immorale et dévergondée , car tout naturellement, je suis la mère maquerelle en chef sensée les éduquer dans ce sens. D’ailleurs c’est écrit sur mon front. Mais contre toute attente, la réponse est simplement ” dégage de mon portail, va voir un peu plus loin si j’y suis”. Ca amuse certaines femelles de déguiser les cafards, de les “humilier” de la sorte,  moi non. Et d’ailleurs de moi à toi, les testicules jurent avec la dentelle, simple question d’esthétique. Donc, “féminisation” NIET.

On convient, si moi et toi venions à nous croiser et à avoir affaire ensemble, c’est dans le but de te prouver que la suprématie féminine ne sont pas de vains mots. Et tu penses sérieusement que je vais faire semblant pour te contenter petit minable? Que tu avilisses  la féminité pour mieux la lapider? Ne me fais pas rire.

Maîtresse Eva.

LA FEMINITE ABSOLUE

Si une Déesse est née déesse, telle Vénus née des écumes, Eva, elle, l’est devenue, au fil d’une métamorphose complexe, ayant durée plusieurs années. Si la plupart des Femmes Déeses se savent investies d’un pouvoir redoutable sur leur entourage depuis leur plus jeune âge, Eva n’eut pleinement conscience de son aura qu’après avoir souffert pendant longtemps de la tyrannie des autres.

Je suis Eva, Reine élue d’une poignée de bons et loyaux serviteurs éduqués par mes soins, lesquels sont dévoués corps et âmes à mon bien-être et mon confort personnel, selon l’ordre naturel établi dicté par la suprématie féminine. La Femme, du peu qu’elle porte en elle la flamme sacrée est destinée à diriger et commander les hommes, fussent-ils au plus haut de leur hiérarchie, d’un seul regard, d’un seul geste. Je suis cette Femme, et la flamme éclairant mon esprit, illuminant mon regard, annihilera toute velléité de résistance et de fourberie chez les petits hommes qui viennent ramper jusqu’à mes pieds, afin qu’ils deviennent ce qu’ils sont par essence: de bons serviteurs. Mais comme la Nature le veut, les hommes comme les femmes d’ailleurs, ne naissent pas pareils, question de sélection naturelle. Ainsi, si certains sont dotés de qualités utiles et profitables à mes fins, d’autres ne sont que des coquilles vides faisant echo du néant qu’ils renferment.

J’aime autant avoir à faire avec un cafard puant l’arrogance à plein nez, qui me donnera l’entière satisfaction de pouvoir l’écraser d’un coup de talon aiguille, que me dévoyer à faire comprendre l’incompréhensible à un abruti. Lorsque l’on parle d’éducation, cela suppose un certain exercice de l’esprit, et par la suite, l’assimilation, de gré ou de force. Ceux qui ne sont pas à la hauteur, restent où ils  sont, à leur place, et ne doivent pas infecter l’air que je respire.

Pour terminer, la domination est pour moi la révélation d’un secret gardé depuis l’existence de la civilisation humaine. La Femme a toujours été la détentrice du pouvoir divin et social depuis la nuit des temps, car elle donne la vie, nourrit et protège les siens. Dans la société malagasy, le verbe appartient à l’homme, il parle et gesticule pour prouver qu’il est grand, qu’il est fort, et qu’il a besoin qu’on le respecte. La Femme, quant à elle, n’a pas besoin de parler car c’est elle qui a la décision finale, et le respect lui est acquit de fait. Je suis cette Femme et je m’appelle Maîtresse Eva pour les miens.

Maîtresse Eva.