MANIFESTO ON RACE AND FEMALE SUPREMACY

To start with, I might need to set a mental décor of my background in a way to not mislead readers mind. As a matter of fact, a recurrent stereotype pops in when white people meet a person of my physical appearances: brown sexy easy going doll. Though I am able to entirely comprehend and grasp western way of thinking thanks to education, my true identity is and remain Malagasy, that is from Madagascar.
Madagascar is not just a cartoon or lemurland or another third world country… It is a land where matriarchal authority was deeply anchored in language, social and economical structure before the arrival of greedy arrogant occidental invaders in the 16th century, resulting in a radical power shift. Authority I profess on deliquescent white males will restore order and laws of Nature from the Ancient Wisdom, by will or by force.

EvaDominaMontreal
I am a Superior Woman, blessed with the sacred aegis of feminity and authority. My majesty stood on surreding males, naked and wriggling in their own vileness and pestilence. Drawing a parallel to Palla Athena, warfare, wisdom and divine intelligence are my attributes. Through experiences, I acquired abilities to command on males in general, and white ones on in particular whose characteristics are violence, manipulation, selfishness and greed. Theirs souls are darkened by ignorance and their bodies are rotten by lust. Strict discipline and formal training will elighten and elevate the human being out of of these beasts.

Let there be light.

M.E

Publicités

Je rêve!

frottman tu t’es bien enhardi dis-moi. Tu prends la liberté d’apostropher la Reine sur SON blog en espérant des claques?
Pour ta gouverne, tu ne perds rien pour attendre des choses que tu n’aimeras pas et qui t’arriveront très bientôt. J’ai parlé.
Larbin Maitresse esclave EvaDomina Madagascar

COURAGE, SOYONS FOUS!

J’ai découvert un jour ce principe intéressant : l’inexistence pur et simple de ce que nous humains appelons « la sécurité ». Ainsi, selon cette théorie, il est quasiment impossible de définir ou de calculer la valeur absolue de cette « sécurité », laquelle est devenue avec l’ère post moderne une notion indissociable à la vie et à l’existence même de l’homme. Et pourtant, il s’avère qu’il n’est pas plus dangereux de s’exposer au danger potentiel que d’essayer de l’éviter. En moyenne, les illuminés qui sautent dans le vide, qui escaladent les hauteurs, qui courent contre le temps, qui défient toutes les lois physiques et les normes de sécurité possibles et imaginables vivent aussi longtemps que les cadres moyens de la routine du 40 heures par semaine. N’est-il pas là une perspective intéressante de voir la vie ?

Nos parents nous ont appris dès notre plus tendre enfance à d’abord reconnaître et après éviter « le danger ». Et tout ce qui sort de ce que l’on connaît par expérience personnelle ou par témoignage d’autrui est tout de suite catégorisé « danger » donc, rationnellement à éviter sinon dans un logique implacable, il peut t’en coûter de ce que tu ne sais pas encore, de très dissuasif. Dans cette même logique, le trop, le différent, l’inconnu, l’autre…sont potentiellement dangereux. Le normal, l’ordinaire, le connu, le prévisible…. sont assurément sécuritaires. L’intelligence humaine du neo-cortex s’accorde avec son instinct de survie du limbique pour anticiper le danger et l’opposer à la sécurité, et nous voilà rassuré, on va vivre plus longtemps. D’autres hommes encore plus intelligents et plus visionnaires y ont vu une opportunité d’affaire très lucrative et pérenne, et ont mis un prix à payer pour cette « sécurité ». Ca c’est une autre histoire, une longue, longue histoire.

Avez-vous jamais imaginé un instant, une vie autre que celle que vous vivez maintenant lorsque vous êtes seul et serein, dans la position allongée, ayant en seul visuel que l’immensité de l’espace qui vous entoure ? Vous vous laissez aller à imaginer un autre monde. Le monde idéal selon vous, lorsque libérés des fardeaux et des pollutions du système, vous vous élevez au dessus de ce que l’on vous impose et voyez ce qu’il y a au-delà.

Le courage n’est pas seulement de sauver des vies, de réaliser des exploits, ou d’aller foutre la pâtée à ceux qui nous emmerdent, le courage peut être aussi de vivre sa propre vie, celle que l’on désire, aussi folle, dangereuse ou ambitieuse soit-elle.

William Blake disait : « si le fou persévérait dans sa folie, il rencontrerait la sagesse ». Ce grand Monsieur qui eut bâti des œuvres littéraires et picturales monumentales, peuplés de vision et d’imagerie extraordinaires, de notions philosophiques un chouia trop en avance pour son temps, et qui eut vécu dans le dénuement matériel le plus absolu est sans aucun doute l’un de ses hommes courageux, et que je respecte profondément. Il a influencé des générations et des générations d’écrivains et d’artistes, jusqu’à l’immortel beau gosse, né trop beau, trop sexy, trop torturé : j’ai nommé Jim Morrisson. Alors, mes petits agneaux, ha ha, le fou n’est pas si fou que ça, soyons fous de cette folie là !!!!

 M.E

Le mâle est un être inférieur.

Le mâle est un être inférieur, c’est une évidence. Lubrique, impuissant, prétentieux et vil, il passe le plus clair de son temps à prouver qu’il n’est pas ce qu’il sait être et prétendre être ce qu’il n’est pas, ce qui revient au même. Et tout ça pourquoi ? Pour flatter en vain le misérable bout de viande qui se dessèche  inexorablement entre ses jambes, auquel cas il n’y peut strictement rien. Sauf constater et se gratter les .ouilles, geste typiquement masculin qui indique son impuissance face à la réalité des choses.

La loi de l’attraction naturelle et de la suprématie féminine veuille que les mâles inférieurs de tous poils et tous horizons viennent ramper jusqu’à moi, dans l’espoir de me séduire, la bonne blague, ou plus raisonnablement de me servir. Pire encore, les mâles epsilon à la vue basse sont persuadés qu’ils auront raison de moi et des mes prérogatives. Les pauvres imbéciles s’imaginent pouvoir mettre à l’épreuve mon autorité et  mon intelligence, sans en subir les conséquences. Essayez donc bande de cancrelats, rien que pour rigoler, on verra bien.

Vous les faibles de naissance, qui ont failli à servir Maîtresse Eva, sont les preuves vivantes de l’infériorité du petit mâle en déliquescence. Cerveaux mous, phallus léthargiques et esprit faibles, vous êtes la honte de vos géniteurs, si ce n’est héréditaire. Je crois que je vais devoir durcir les conditions d’éligibilité à la soumission, car plus ça va, pire c’est. Cela devient pathétique et tient plus du tragi-comique qu’autre chose. Ces misérables prétendent tous pouvoir assaisonner la domination à leur sauce, moi je veux ci, moi je veux ça, cela à quoi je réponds : j’ai un monster gong pour dilatation extrême pour les petits vaniteux, fin de citation. A ce propos, je tiens à apporter une précision pour les gros nazes qui lisent mon blog sur un point important, la confiance. En tant que dominatrice, j’ai le plein pouvoir sur vos misérables existences à partir du moment où vous vous êtes soumis à mon autorité. J’ai le droit absolu de m’intéresser à la vie privée et professionnelle des futurs soumis, si le cœur m’en dit, et je le fais souvent d’ailleurs. Si vous avez l’intention de ne pas vous dévoiler et de ne pas vous mettre à nu devant la Reine, des velléités de me diriger vers quoi que ce soit, abstenez-vous. Idem, si vous ignorez le sens véritable des mots « confiance mutuelle », rebroussez chemin car vous vous trouverez vite dans une situation délicate que vous aurez vous-même créée. Maîtresse Eva a parlé.

Messages perso pour deux abrutis :

Le vieux z’oreille qui a supprimé son adresse e-mail :  j’ai maintenant son vrai nom, son adresse et son numéro de téléphone, en plus de quelques clichés compromettants que je ne tarderais pas à afficher en place publique pour commencer. On va bien voir, si cette viande avariée du troisième âge se croit toujours aussi boucanée dans ma liste des spécimens en voie d’annihilation.

L’abruti qui me fait des cachotteries et qui se croit malin : allons voir jusqu’où tu peux aller, j’ai tout mon temps. Tu viendras ramper vers moi ventre à terre, et tu subiras les punitions et humiliations que tu mérites pour tes incuries.

Qui doute encore de l’infériorité de l’homme vienne me voir.

 

Maîtresse Eva.

Saluez la Maîtresse.

Un petit saut sur le blog, je suis toujours et encore là, malgré les difficultés du quotidien. Il faut dire que les temps sont durs même pour une Reine comme moi. Mon Royaume pour moins de souci d’ordre financier et un weekend spa massage et champagne. Non je ne me plains pas, je ne suis pas la plus malheureuse.

Passons, passons. Je vous ai déjà parlé de mon faible pour les guerriers nubiens à la peau sombre. Rien que d’en parler me donne le frisson polaire. Il y en a un, un seul qui cristalliserait tous les fantasmes débridés qu’une femme me ressemblant puisse porter sur ce que pourrait être l’ idéal érotico-sexuel masculin, et éventuellement, ce que doit être un serviteur de haut rang pour Maîtresse Eva.

Il est beau, il est grand, il est évidemment noir …et peut-être bientôt à moi! Haha, j’exagère! on en est pas encore là, c’est une haute personnalité d’une ambassade étrangère à Tana, maintenant question, comment lui passer le collier avec tact et délicatesse sans frôler l’incident diplomatique ni ruiner sa brillante carrière. Grâce aux renseignements fournis par un soumis, la proie est difficile d’approche, alors je creuse. Il est dans le collimateur, aucune échappatoire possible. Laissons faire le temps.

Il faut que j’y aille les insectes rampants, je vous tiens au courant!

Maitresse Eva.